transhumanisme

Publié le 8 Novembre 2017

Depuis que Dieu était en crise, beaucoup étaient devenus allergiques au gluten. Il paraît que cela venait du raffinement excessif des farines, les estomacs n'étant pas préparés.

 

Une nouvelle question se posa soudain : fallait-il changer sa nourriture ou son estomac ?

 

Telle fut la question que se proposait de traiter en partie le transhumanisme qui entendait maîtriser de la jeunesse, la maladie, la durée de vie par tous les organes du corps et il fut à nouveau question de Dieu, de sa transfiguration, de sa transformation, de sa carte postale électronique, de la place et de la destinée de l'enfant, de la femme, et l'homme car ce dernier ensemble de trois sections fortement délimitées ne s'intéressait souvent qu'à lui même.

 

L'humain s'apprêtait disait-on aussi à s'augmenter par toutes ses parties sans que l'on ait besoin de toucher à son bulletin de salaire.

 

Inlassablement, un ange gardien rougissant et un peu en retard sur le timing des êtres assurait que l'on ne devenait pas ailé sans perdre quelques plumes.

 

Souvent l'envie nous prenait de lui en balancer une mais ce coquin ayant déjà préparé sa réponse biblique en couverture simili cuiṛ il en tendait une autre comme si c'était une joue et nous ne pouvions que compatir avec son coup raisonnant encore à travers les siècles.

 

Dans la foulée de l'histoire rocambolesque de la pensée le mouvement des nouveaux niais réapparut soudain.

 

Ces derniers se disaient les gardiens des templates sacrés et autres plans urbanistiques sur lesquels les grands advenus promettaient des soleils mirifiques.

 

Ils avaient entre temps peaufiné leurs plans et leurs catalogues avec la production de graphismes texturés et d'affirmations effrayantes qui maintenaient sous leur joug les populations les plus démunies en leur administrant de l'espoir pécuniaire et du super-spiritisme continental.

 

Ces dernières renchérissaient les craintes par le plus grand des désespoirs ou au contraire voulaient survivre en se prêtant à tous les sacrifices.

 

Au fond rien ne changea vraiment pendant cette période durant laquelle l'on s'aventura à l'aveuglette dans les premières explorations pro-matières et peu à peu, la langue glissa jusqu'à l'avalement, la langue une autre apparut soudain qui supplanta les autres afin de permettre une meilleure communication qui disait-on n'était plus le silence ni le mensonge ni le viol mais cela l'on ne le sut que lorsqu'on en eut vraiment besoin et le monde resta pendant quelques années compulsivement un peu comme abrupt I et véridiquement Aphone.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Scripta

Publié dans #Littérature, #scripta 21, #2017, #transhumanisme, #homme augmenté

Repost0