Publié le 29 Mars 2017

Dans le ciel il y avait des planètes dont il fut encore nécessaire d'aller enjamber les orbes si l'on voulait en tirer quelque enseignement, si l'on voulait éventuellement avancer pour expliquer leurs origines qui donc ne venaient pas des modèles vivants terriens ou animaux mais en partie des minéraux qu'il nous restait encore et encore à interroger car certains se mirent à exploiter d'autres techniques pour les classifier et en permettre une autre connaissance et technique eu égard aux nouvelles aliénations classificatrices et analogisantes.

 

Si bien que l'on dressa une nouvelle carte et même plusieurs de la voûte et du firmament que l'on rebaptisa pour l'occasion "Firmavrai" et cela mit encore des dizaines et des dizaines de jours pour arriver à épuiser toutes les formes possibles de liens entre les étoiles.

 

Aussi choisit-on d'appliquer ces nouveaux plans cosmographiques établis par mathématiques inventées puisqu'ils étaient différents à différentes zones géographiques de la planète et on les rebaptisa eux aussi, rues comprises avec d'autres noms en fait plutôt des chiffres si bien qu'on en perdit son algèbre et c'est ainsi que de formules en formules on finit par comprendre l'orfèvrerie du monde et non son origine ce qui n'était déjà pas mal, hydrogène et carbone à la rescousse les éléments que l'on rebaptisa aussi « élévrai » permirent de dater les planètes et une nouvelle carte apparut qui distingua plusieurs dates de naissance ainsi que des périodes de rattachement.

Et là quelle surprenante surprise !

 

 

Il fallut déchirer le voile écolo-graphique que nous avions mis en place pour approfondir la rétrocession que nous offrait le monde, je veux dire le cosmos à vrai dire une sorte de retour vers nous mêmes pour sortir dehors par temps de pluie d'étoiles et de système solitaire bien plus profond qui ôtait la part encore légendaire des aplats qui nous enfermaient. Bref, la fixité ne pouvait plus être. La découverte pouvait encore commencer.

 

Lors de cette transition épistémologique, l'on invita un gastro-physicien spécialiste de l'invisible à participer à un débat sur les autres systèmes de classements et de déclassements. Il fut donc interrogé sur ses idées et non sur ses recherches. Il commença ainsi son détonant raisonnement : « Un exemple des limites du classement est bien celui des pierres qui de l'avis même des spécialistes amènent leur qualification peu aisée concernant aussi l'enjeu majeur de leur finitude et des mines d'où on les retire.

 

Certes il ne faut pas tout remettre en question cependant notre connaissance des événements géologiques étant limitée, n'est-il pas envisageable de concevoir l'existence d'un autre membrement que par ces trois modes sédimentaires, métafumistes et pragmatiques non qu'ils soient erronés en soi mais parce que peut-être non complets car se limitant uniquement à deux aspects qui son leurs formes et leurs anionismes et donc s'arrêtent à neuf cases potentiellement anti-géodésiques.

 

Vous me comprenez? La salle restait muette. Il est vrai que mon attitude relève plus du palais au critique qui entraîne beaucoup de lassitude et de formation de roche volcanique, néanmoins, je précise à présent que l'une des problématiques que j'ai relevé comme un gant est celle qui réside en ce que vous m'avez menti. L'on entendit subitement un brouhaha dans la salle mais qui ne dura que très peu de temps car le professeur chercheur continua à expliciter avec rigueur ses arguments. Bien alors voilà, je reprends. Je ne conçois la formation d'une roche que selon l'attitude que j'en présume mais est-ce ici sa corpulence ou bien son jaillissement ? Vous me répondrez bien sûr les deux mais là quelque chose nous manque. Nous extrapolons finalement sur le magnétisme mais uniquement à partir de sa mesure, et non de sa démesure. Je me plains donc. C'est tout un chagrin ! Il m'est d'autant plus pesant peut-être bien plus lourd qu'une pierre parce qu'il est d'un autre temps et donc il est couvert de temps ! Et ce ou ces temps nous n'en avons nulle commune mesure. C'est qu'ils sont relatifs à d'autres fonctions que nous envisageons mais sans rien savoir puisqu'ils n'ont pas de visage !

 

Aussi l'existence d'un autre cycle antérieur à l'ordonnancement tribal (suite des étapes) lié à d'autres cycles différents qu'ils soient antagonistes ou conditionnés à l'être et non clairement établis et donc que nous ignorons de même que nous ignorons l'autre, je parle du second ici rétabli en élément de liste, hé bien mesdames et messieurs, ces temps, ils sont entre les roches elles-mêmes ! Hé bien oui ! Aussi feriez-vous bien de vous interroger sur cet élément manquant et charnière qu'il vous est imposé de prendre en considération et qui guide la fin de l'un pour mener à son terme originel le début de l'autre comme un élément invisible mais établi."

 

Voir les commentaires

Rédigé par Scripta

Publié dans #Littérature, #Fiction, #2017, #scripta 21, #Comme un

Repost0