Publié le 10 Juin 2019

Là-bas dans la forêt, je me sentais libre.

De l’écorce des grands sapins, sous le ciel enseveli, je découpais des bateaux pour créer des voiliers de rêve sans matière. 

Je les ai posés sur la rivière où en amont buvaient des moutons.

Près d’un grand cèdre autour duquel nous devions être plusieurs pour embrasser le tour de magie, je pouvais lire des bijoux.

Je les observais sans comprendre.
Leur présence me suffisait.
Nous étions égaux.

Anne Paulet

 

Alerte démantèlement de l’Office national des forêts : oeuvresouvertes.net/spip.php?article4113

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Scripta

Repost0