Chroniques de la Fastidieuse. Note 4

Publié le 6 Février 2017

Ou la fin de la précédente Odyssée
 

 

Rentrer dans les rangs de l'oignon 

 

Le cadre, un coup fusionnait avec les personnes, un coup s'en séparait, en fonction des enjeux des candidats. Leurs lèvres et leurs discours étaient teintés de poudre bleue. Des électeurs quant à eux étaient avides de changement, de réparation, de protection, d'épanouissement ou de prolongation tacite, toujours avec ce sentiment d'avoir trouvé la solution pour lui et donc parfaite pour les autres. L'on ne pouvait être plus consciencieux et sincère, multipliant le pain à la sueur de son front populaire dans laquelle les corps et les esprits désormais flottaient, sans plus de lien entre eux sinon celui de la concurrence rance et l'abandon. Exista-t-il une forme d'exil du langage lui-même, retourné en et contre lui-même à force d'avoir été abusé par les compléments d'objets indirects ? Des programmes s'improvisaient avec des soutiens réticulaires attribués par un système de coulisse. Et rien de bien nouveau. 

 

Peu à peu, l'on ne fit plus confiance à personne parce que les discours n'étaient plus adaptés, et aussi parce que la parole n'avait pas été respectée. Les partis les plus extrêmes, servaient encore de gardes frontières, dans un dernier râle, entre gouvernement édulcorant et population contrite. Tout l'enjeu fut peut-être, en ces temps là, de comprendre aussi en dépit des événements, les aspects novateurs et malgré tout enthousiastes qui essayaient de naître. "Tenir et survivre avec les moyens dont on dispose, et faire ce que l'on aime." Telle était la tendance, le rêve pieu. L'accès au bien commun changea, tout comme l'état d'esprit de cet accès changea. Était-ce les idées qui avaient été préalablement pensées qui se révélaient inapplicables? Au fond, avait-on pris la peine de dire ce que l'on voulait? 

 

Dans d'autres pays pourtant, certains avaient déjà trouvé des solutions pour mieux maîtriser les dépenses de santé par exemple mais l'affadissement gouvernemental qui s'ensuivit fut tel que ces préoccupations devinrent presque caduques. Les projets à très long terme avaient été peu à peu délaissés, lustre après lustre, campagnes après campagnes, entraînant le non remplacement des pertes et des transformations inhérentes à toute société, pour cause disait-on d'automatisme. 

 

De nouveaux modèles se cherchaient mais aucune réponse ne trouva grâce aux yeux des rois qui s'étaient succédés comme grains de raisin sur un panier de plus en plus vide. Les idées autres furent étouffées, et l'on n'osa plus toucher à grand chose, sauf à déplumer maladroitement certains acquis et à en détériorer les aspects les plus positifs, notamment la santé et l'éducation.

Dans ce pays, il n'y avait plus d'accointance entre la population et ce que l'on appelait alors le gouvernement, hormis une crainte vague de part et d'autre, et c'était bien ce "vague" là qui le gênait car dans ce vague là, on y mettait désormais beaucoup de choses. 

 

Avril 2016

Rédigé par Scripta

Publié dans #Fastidieuse, #2016, #Littérature, #Fiction, #scripta 21

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article